levensverhaal.fr

Tina Misho  - Martine Van Ishoven


L'histoire de ma vie  :


Martine, fille de l'historien de l'aviation et écrivain Armand Van Ishoven et Hilda Seidel, est née dans une famille bourgeoise à Anvers le 24 octobre 1953. Elle est étudiante à Les Dames de l'éducation chrétienne à Anvers et en raison de son amour pour les mathématiques poursuit ses études à l'Institut Onze Lieve Vrouw, où il y avait un département spécialisé, qui s'appelait à l'époque Scientifique A.



Grâce à son père, qui était également instructeur de vol à voile, elle a été mordue par le microbe dès son plus jeune âge et en 1969 elle devient la plus jeune pilote de planeur de Belgique. Adolescente, elle n'a aucun intérêt à sortir en discothèque et passe en fait tout son temps libre à l'aéroport de Deurne.



Elle est devenue une force motrice dans le club de vol à voile quand elle a commencé à organiser le bal annuel du club pour la première fois à l'âge de 15 ans et à écrire le magazine du club "Het Trimmeken". Outre le vol à voile, elle passe beaucoup de temps en compagnie de tout et de tous ceux qui ont à voir avec l'aviation. L'un de ses meilleurs amis devient Albert Machiels, Mac pour les initiés, alors contrôleur aérien en chef à l'aéroport de Deurne. On retrouve son influence plus tard lorsqu'elle écrit un cours spécialement pour les pilotes de montgolfières et organise des cours pour obtenir la licence radio.


Il était donc évident qu'elle épouserait quelqu'un du monde de l'aviation. Le 2 juin 1973, il devient Carl Van Tichelen, directeur adjoint de l'aéroport de Deurne. Elle aurait juste travaillé pendant un an en tant que secrétaire de direction à la société d'ingénierie De Bruyn & Van Dongen lorsqu'elle a décidé d'arrêter toutes les activités professionnelles et dans les airs pour se consacrer pleinement à sa famille qui aurait deux fils: David, né 7 Mai 1975 et Denis, né le 19 avril 1977.



Papa et mari possédaient tous deux une collection inimaginable de livres et de magazines, ce qui a incité Martine à apprendre la reliure. Un peu plus tard, elle a ouvert une boutique de revêtements muraux «spéciaux» spécialisés dans les tapisseries, ainsi qu'un atelier de reliure et une galerie d'art sur l'Amerikalei à Anvers. Sa toute première exposition "tapis de tapisseries modernes de chez nous" a été inaugurée par R. Walgrave, directeur du musée Sterckshof et a été un énorme succès.



Malgré ses idées très classiques sur le mariage, elle a cédé à un nouvel amour dans sa vie après 10 ans: l'aéronaute bien connu Jan Boeykens, plusieurs fois champion de Belgique. Avec lui, elle a fondé Magic Balloon Company, une entreprise qui faisait de la publicité avec des montgolfières. Ils ont commencé à écrire et à organiser des cours, ont organisé de grandes réunions de ballons, ont géré l'agence belge du fabricant de ballons espagnol Ultra Magic mais ont également connu un énorme revers lorsqu'ils se sont aventurés dans le premier zeppelin pour la publicité en Belgique ...



Avec ses deux fils, ils sont en charge d'un grand centre sportif, lorsque Jan a un cancer et choisit de retourner seule sur la côte ... après quoi Martine part pour la République dominicaine. Elle y reste 7 ans, fonde les premiers cybercafés à Sosua et Cabarete avec son compatriote Emile Smets, sous le nom Emmasol Communication Centers, a travaillé sur le développement du projet touristique Parque Sueno Antilliano et a travaillé en tant que responsable du service à la clientèle dans de grands hôtels comme Puerto Plata Village.

Lors d'un court séjour en Belgique, elle rencontre Johan Kooistra. Un Néerlandais qui vit dans le sud de la France. Au début, ils sont follement amoureux, mais il devient vite évident que leurs personnages ne correspondent pas. Il restera néanmoins le bienfaiteur de son projet humanitaire Mon Majo de Bien et elle continuera à travailler fidèlement pour lui jusqu'à sa mort. Et ce sera aussi Martine qui prendra soin de lui dans ses derniers jours. Gazet Van Antwerpen écrit à propos de Martine à l'époque: "Avec son projet social Mon majo de bien, Martine Van Ishoven d'Anvers réalise son rêve d'enfance, en faisant quelque chose pour les enfants pauvres et orphelins. Avant de mourir, il faut faire quelque chose de bien pour  le monde". " La chaîne de télévision française FR3 consacre un reportage à son projet. 



Mais en 2012 Johan meurt de façon très inattendue et une période sombre commence lorsque ses héritiers se révèlent n'avoir aucune oreille pour l'association caritative de Martine ... et chassent tout et tous ceux qui ont quelque chose à voir avec elle de leurs terres. Elle devra faire face à la dépression pendant un certain temps, mais son caractère optimiste prévaudra à nouveau.



Une relation intermittente avec le Français Patrick Roger se termine par l'achat d'une Tiny House qu'elle place sur son site en prévision de nouveaux projets : le parc CCC pour camping cars,  le parc résidentiel GLIS, le parc pour l'environnement LADUF et le projet de financement participatif LE VILLAGE CATALAN. Dans ce but, elle lance en 2020 les boutiques en ligne M-ode-ishO, Soleil Santé, Me on the Web et aussi Art*ina, dans lesquelles elle propose à la vente des œuvres d'art faites par elle même.


Aujourd'hui habiter dans mon Tiny House (https://misho.be/tinystinyhouse.html

en plein nature et apprendre à vivre avec est devenu mon mode de vie.  



Réalisations:

- publication du magazine du club de l'association 

'De Meeuw' : het Trimmeken;

- création de la 1ère association belge des pilotes de ballon professionnels;

- publication d'un cours pour pilotes de montgolfière;

- publication du cours pour obtenir une licence radio;

- création du Country Club Catalan


Publications:

- Gazet van Antwerpen 28 feb 2012

- www.misho.be

- www.countryclubcatalan.org

- www.misho.be/PARC-CCC.html

- www.countryclubcatalan.org/laduf.html

- www.misho.be/glis

- www.misho.be/levillagecatalan.org

- http://www.youtube.com/watch?v=DtyWip5aLI8



merci de votre visite